TOULOUSE
- Jetons de la Marine -
Jetons du Grand Amiral de France
(204)
Jehan de Moy
de la Mailleraye
Vice-amiral

(1)
Anne de Joyeuse
de 1582 à 1587

(2)
H.H.D.D.
de Montmorency
De 1612 à 1626

(3)
1635
(1)
Comte de Coligny.
De 1639 à 1646
Charles de Biron
De 1669 à 1683
Jean Armand de Maillé
Marquis de Brézé.
De 1636 à 1646

(3)
César de Bourbon
Duc de Vendosme.
De 1647 à 1662

(10)
François de Vendosme.
Duc de Beaufort.
De 1662 à 1669

(6)
Louis de Bourbon
Comte de Vermandois.
De 1669 à 1683

(27)
Louis-Alexandre de Bourbon
Comte de Toulouse.
De 1683 à 1738

(111)
Louis-Jean-Marie de Bourbon
Duc de Penthièvre.
De 1739 à 1758

(40)

Jehan de Moy de la Mailleraye Il est vice-amiral de France sous les Valois.

Anne de Joyeuse (1560-1587). Un des "mignons" de Henri III, il est nommé Grand Admiral de France en 1582.

Jean Armand de Maillé (1619-1646), Marquis de Brézé. Neveu D Richelieu, il est nommé Grand-maître de la navigation, équivallent du titre de Grand Admiral
de France depuis Louis XIII.

Henri II de Montmorency (1595-1632), il est nommé Grand Admiral de France en 1612. Richelieu le force à quiter sa charge en 1626.

François de Bourbon (1616-1669), Duc de Beaufort, est le fils de César de Bourbon. Il est nommé grand maître, chef et surintendant général de la navigation
(1662).

César de Bourbon (1594-1665), Duc de Vendosme, est un des bâtards légitimés de Henri IV et de Gabrielle d'Estrées. Il est nommé grand amiral de France (1651)
et surintendant généralde la Navigation (1655).

Louis de Bourbon (1667-1683), Comte de Vermandois, est un des bâtards légitimés de Louis XIV et de Louise de La Vallière. Il n'avait que 2 ans à sa nomination,
ce qui permit Louis XIV de garder la maîtrise de la marine pendant de nombreuses années

Louis-Alexandre de Bourbon (1678-1737), Comte de Toulouse, est un des bâtards légitimés de Louis XV et de Madame de Montespan.

Louis-Jean-Marie de Bourbon son fils unique, (1725-1793), Duc de Penthièvre, alors âgé de 12 ans, lui succède à sa mort, malgrè son jeune âge, mais
le Grand Amiral n’avait plus aucune autorité dans les armées navales depuis longtemps. Par contre il continuait de percevoir les importants revenus liés à sa charge.